Soutien aux peuples non contactés d’Amazonie

Soutenu par la sénatrice écologiste du Rhône, Raymonde Poncet-Monge, les membres du groupe Ecologiste du Sénat, des député.e.s et élu.e.s consulaires de tous bords, le Sénateur Jacques Fernique a été à l’initiative d’un courrier à l’ambassadrice de la France au Brésil, Madame Brigitte Collet, lui demandant d’intervenir auprès du Gouvernement brésilien pour le renouvellement des ordonnances de protection des terres autochtones en Amazonie.

Cette initiative a eu lieu dans le cadre d’une collaboration plus large qui a démarré en novembre 2021 avec l’ONG « Survival International » et la rencontre de leaders chamans de la communauté Yanomami.

Bien que le droit brésilien et des textes internationaux tels que la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail de 1989, ainsi que la Déclaration universelle des droits de l’homme, reconnaissent aux peuples autochtones le droit à disposer de leurs terres et à l’autodétermination, ceux-ci sont régulièrement bafoués.

En effet, la Constitution brésilienne oblige le Gouvernement à délimiter les territoires autochtones afin d’empêcher les personnes extérieures d’y pénétrer illégalement, mais un certain nombre de territoires des peuples non contactés ne sont pas encore délimités à ce jour.

Le seul recours réside dans la promulgation d’ordonnances de protection des terres afin d’empêcher les personnes menaçant l’intégrité des peuples d’y pénétrer. Mais nombre de ces ordonnances ont expirées et leur renouvellement doit impérativement être assuré.

L’ordonnance du Territoire autochtone Ituna Itatá, État du Pará, vient d’expirer le 25 janvier 2022, celle du Territoire Autochtone Jacareúba Katawixi, État de l’Amazonas, est expirée depuis le 8 décembre 2021. A ce jour, aucune procédure n’a été engagée pour le renouvellement de ces deux ordonnances. Les ordonnances du Territoire autochtone Piripkura, État du Mato Grosso, et celle du Territoire Autochtone Pirititi, État de Roraima, devront être renouvelées respectivement avant le 8 mars et le 1er juin 2022.

En conséquence, les signataires du courrier demandent à ce que des actions urgentes soient engagées pour pérenniser le maintien sur le long terme de ces ordonnances, indispensables pour garantir la protection des peuples non contactés.

Survival International lutte pour la survie des peuples autochtones et la nature à travers le monde.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page web de @survivalfr dédiée aux ordonnances de protection des terres et participez à leur campagne d’action urgente par email sur le sujet, à destination des responsables politiques brésiliens : https://www.survivalinternational.fr/…/ordonnances…

Courrier-Ambassade-France-au-Bresil-

Partager la publication

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Autres
actualités