Lutte contre la pandémie : la solidarité planétaire est la seule voie !

Le 5 mai, dans le cadre d’un débat sur la réponse européenne à la pandémie, Jacques Fernique a interpellé le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, M. Clément Beaune.

« Face à la pandémie, le nationalisme ce n’est pas la guerre, c’est plutôt la défaite pour tout le monde. Il y a plus d’un an le Directeur Général de l’OMS nous avertissait que « nous sommes confrontés à une menace commune que nous ne vaincrons qu’avec une approche commune. » Un an après, nous avons appris d’expérience que nul ne peut espérer s’en tirer durablement sans les autres, que l’arrogance de certains dirigeants peut peser plus lourdement sur des libertés et des droits que sur la circulation d’un virus et de ses variants  – on pense à l’Inde, au Brésil, à Donald Trump…. Notre pays lui-même n’est pas à l’abri d’une mauvaise trajectoire qui ferait de nous en Europe une fabrique à variant.

La solidarité européenne, ça a été le choix d’un mécanisme commun de commande et de distribution des vaccins. Ça a été le choix de l’endettement commun pour engager la relance. On voit les difficultés d’exécution, de cohésion, les tracas particulièrement pour les bassins transfrontaliers. La mise en place du certificat européen cet été, en harmonisant les règles qui sinon partiraient dans tous les sens, peut contribuer à un équilibre entre santé publique et liberté de mouvement. Le Parlement Européen a clairement posé les conditions nécessaires pour cela. Nous sommes particulièrement vigilants là-dessus.

La solidarité c’est aussi, c’est surtout notre capacité à faire toute notre part pour faire respecter les droits de chacune et de chacun dans le monde à être protégé de la pandémie. L’effroyable évolution de la situation en Inde, l’écart vertigineux de vaccination, d’équipements d’urgence, de respirateurs entre les pays riches et les pays pauvres montre que l’élan de solidarité mondiale est à la peine. Monsieur le Ministre, alors que l’Union Européenne a bloqué toute demande relative à la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins qui permettrait aux pays émergents de produire eux-mêmes des vaccins génériques, alors que l’accélérateur ACT et le mécanisme COVAX ne sont partis que pour assurer la vaccination à terme au mieux de 20% de la population des pays pauvres, l’Union Européenne a-t-elle la capacité et la détermination pour relancer fortement l’élan solidaire qui contribuera à donner de vraies perspectives d’espoir partagé ? »

© UNICEF/Vinay Panjwani

Partager la publication

Facebook
Twitter
LinkedIn

Autres
actualités

ZFE : pour un engagement de l’État

Lors du débat sur les Zones à Faibles Emissions (ZFE) au Sénat, j’ai interpelé le gouvernement pour qu’il s’implique bien mieux aux côtés des collectivités

Contribution française au budget européen

Le groupe écologiste au Sénat a voté la contribution française au budget européen…mais pas sans exigences ! Les crises mettent l’Europe en difficulté budgétaire. Plutôt

Jacques Fernique